Logo Espace Proactif

Les valeurs corporatives brisées

Martin Prescott30 janvier 2020

Si vous êtes passionné de Basket-ball, vous avez eu le cœur brisé d’apprendre la mort accidentelle de Kobe Bryant. Ici en Amérique du Nord, la nouvelle a créé une commotion dans le cœur des fans et patriotes américains. Un grand homme, un exemple pour les jeunes, un homme de valeur, se sont époumonés à nous convaincre les médias et autres individus ayant fréquenté de près ou de loin M. Bryant.

Il y avait huit autres humains dans l’hélicoptère, mais ça, on s’en balance. M. Bryant a été accusé d’agression sexuelle en 2003, alors qu’il était fraîchement père d’un enfant de 6 mois. Il a confirmé avoir eu une relation sexuelle avec la femme en question, une entente hors court (2.5 Millions US estimé) est survenue par la suite. Notre société valorise le fait qu’il était excellent pour lancer le ballon dans le panier. Génial !

Je vous entends me dire : mais à quoi veux-tu en venir Martin ?

Ce reflet de notre société actuelle est une copie de ce que l’on retrouve dans la culture de certaines multinationales. Prenez par exemple : Volkswagen. Reconnue mondialement pour son engagement à défendre la cause environnementale n’est-ce pas ? La société pourrait pousser la limite en présentant une publicité de Greta Thunberg à bord d’un véhicule Diesel de la marque. Greta pourrait être attirée par quelques billets non ?

Vous trouvez cette idée ridicule ?

Les voitures allemandes, c’est de la petite bière comparativement aux Américains. Eux ils fabriquent des avions Boeing qui ne voleront probablement plus jamais. Les ingénieurs ont fait mention à l’exécutif à plusieurs reprises de l’incompatibilité des moteurs sur cette structure avionique. Allez hop, on ajoutera un logiciel informatique de compensation et le tour sera joué. Sur la liste des priorités ici, la sécurité des passagers est passée très loin après le prix et les rachats d’actions de l’entreprise. On frôle ici, l’homicide volontaire.

Boeing doit actuellement trouver dix milliards de liquidités pour poursuivre ses activités. Si personne ne vient à la rescousse, c’est la faillite. L’action est actuellement valorisée à 319 $ US.
Après le sauvetage du secteur bancaire, automobile et immobilier de 2008, voilà le sauvetage aéronautique. Remerciez les banques centrales pour cette injection de liquidités devenue maintenant permanente. Non seulement elle permet aux élites de s’enrichir davantage, mais elle permet aussi de dépasser les frontières de la moralité corporative, en plus de créer des distorsions fulgurantes.

Imaginez bien ceci :

  • 5 sociétés des plus importantes sur le marché américain représentent à elles seules 18 % de la valorisation totale de ce marché.
  • 10 % des investisseurs possèdent 85 % des actions de ce marché.
  • Plusieures de ces entreprises ont des bilans négatifs (dépenses plus élevées que les revenus). Netflix, Tesla et autres.

Nous avons donc maintenant des multinationales qui ont le monopole pratiquement absolu de leur secteur d’activités, cautionné par les banquiers, détenus par les élites, financé par la dette et lorsqu’un gouvernement vend ses infrastructures, je vous laisse imaginer qui sont les acheteurs. Représentation parfaite d’une dictature.

Il s’agit tout simplement ici, d’une déviance gonflée aux injections de liquidités. Plusieurs socialistes remettent en cause le modèle capitaliste. En fait, il n’en est rien. Il s’agit tout simplement de la cupidité des élus politiques et économiques.
À partir du moment où une entité possède le contrôle absolu d’une devise papier, la dépendance est ultime et le pouvoir absolu.

Pas tout à fait ! Vous avez des Bitcoins en portefeuille ?

La passivité n’est plus une alternative, il faut bouger maintenant.

Martin Prescott

Nous analysons périodiquement des alternatives de débancarisation et des opportunités à fort potentiel de développement. Abonnez-vous à nos services proactifs en cliquant ici

Dans la même catégorie

Ailleurs dans l'espace proactif

magnifiercross